« Clausewitz, la ‘petite guerre’ et la guerre insurrectionnelle »

 

Article publié dans :

Insurgency and Counterinsurgency : Irregular Warfare from 1800 to the Present. Actes du xxxvie congrès de la CIHM (Amsterdam, 29 août-3 sept. 2010), La Haye, Netherlands Institute of Military History, 2011, p. 157-169.


Vous pouvez lire et télécharger le texte intégral de l'article en cliquant ICI.

 

 

Résumé introductif :

Les défaites subies en 1806 engendrèrent en Prusse une réflexion sur la défense nationale, sur l’armement du peuple, et sur la petite guerre comme tactique du peuple soulevé. Le Cours sur la petite guerre donné par Clausewitz à l’École supérieure de guerre de Berlin, entre 1810 et 1812, s’inscrit entres autres dans le fil de cette impulsion. Au reste, la guerre d’Indépendance américaine, insurrection contre la métropole anglaise, est au nombre des exemples choisis par Clausewitz pour alimenter sa réflexion, comme les guerres de Vendée et les épisodes tyroliens de la Révolution et de l’Empire, autres soulèvements à caractère insurrectionnel. Si Clausewitz n’opère pas pour ses auditeurs la distinction entre « petite guerre » et « guérilla », il pointe de temps à autre les particularismes des guerres civiles et des contextes guerriers avec armement du peuple. Cet article revisite le Cours sur la petite guerre de Clausewitz pour y relever la part redevable aux guerres populaires et aux insurrections, si tant est que, comme l’exprime Raymond Aron, la pensée de Clausewitz sur la guerre s’est construite en considérant le déchaînement des passions inhérent aux guerres populaires.