« L’interdiction des officiers français dans les régiments de hussards de France (xviiie siècle) »

 

Article publié dans :

Mercenariat et service étranger. Pully (Suisse), Centre d’histoire et de prospective militaires - CHPM, 2010 (actes du Symposium de 2008), p. 77-97.

* Pour le commander, s’adresser au secrétariat du CHPM, atteignable ICI.


 

Résumé introductif :

En partant de la polémique suscitée dans les années 1770 par l'interdiction réitérée des officiers français dans les régiments de hussards de France, il s'agit de mieux comprendre la perception, au XVIIIe siècle, de ce qu'était ou devait être un régiment de hussards. C'étaient des régiments réputés étrangers ; les cavaliers devaient être hongrois ou, à défaut, d'origine germanique. Le tarissement du recrutement hongrois amena le recrutement d'officiers de culture germanique, mais aussi  français, ces derniers tolérés en temps de guerre. Sont commentés dans cet article, successivement : la chronologie des décisions de la cour sur ce thème dans les années 1772-1776 et le contexte politique qui y présida ; les efforts et les difficultés d'un chef de corps tel que le colonel de Beausobre, sur le terrain, pour satisfaire aux exigences du recrutement d'officiers étrangers au milieu du XVIIIe siècle ; le souci de faire correspondre, par la culture et la maîtrise des langues, le corps des officiers hussards aux cavaliers qu'ils avaient à commander ; les doléances de nombreux officiers à partir de 1776 pour le rétablissement de corps de troupes légères où pussent servir des officiers français.