« Vers une moralisation de la petite guerre au xviiie siècle »

Résumé de l’article en français au bas de la présente page // Abstract of the article in English below.


Article publié dans :

RIHM, n° 85 (Vincennes, France), numéro thématique intitulé : Petite guerre et guerres asymétriques de l’Antiquité au xxie siècle, 2009, p. 191-209.

[Coquilles : p. 198, dernier mot, lire « défaite » et non « victoire » ; p. 201, dernier § : lire « par les Impériaux » et non « par les Français »].

Vous pouvez lire et télécharger le texte intégral de l'article en cliquant ICI.


 

 

Résumé introductif en français :

L’article vise à montrer, d’une part, l’évolution du discours moral sur la petite guerre et, d’autre part, les avancées éventuelles observables dans la pratique. L’« esprit du siècle » – esprit de modération appuyé sur la raison – a-t-il influencé les théoriciens de la petite guerre dans leurs réflexions ? Certains de ces derniers ont fait partie de cercles de sociabilité imprégnés des idées véhiculées par les Lumières… L’enquête établit la limite admise, au xviie puis au xviiie siècle, entre ruses de guerre et trahisons, sur la base du droit des gens, fondé sur l’honnêteté, l’honneur et la parole donnée. Quelles ruses étaient jugées recevables ? Quelles traîtrises proscrites ? La ligne de partage pouvait être ténue. Il y a enfin dans cet article, à travers plusieurs exemples (attitude face aux blessés, question des déguisements à la guerre, respect, ou pas, de la trêve des quartiers d’hiver, traitement des prisonniers de guerre, discipline), une évaluation des progrès du xviiie siècle quant à la « normalisation » des troupes légères et à l’humanisation de la petite guerre, par rapport aux normes du temps sur les pratiques générales à la guerre.


Abstract in English :

"Towards a moralization of the 'petite guerre" in the 18th century"

This article aims to show, on the one hand, the evolution of the moral discourse on the "petite guerre" and, on the other hand, the possible advances observable in practice. Has the "spirit of the century" - a spirit of moderation based on reason - influenced the theoreticians of the "petite guerre" in their reflections? Some of them were part of social circles steeped in the ideas conveyed by the Enlightenment... The investigation establishes the admitted limit, in the 17th and then the 18th centuries, between war tricks and betrayals, within the law of nations, based on honesty, honour and the given word. Which tricks were deemed admissible? Which treacheries were proscribed? The dividing line could be tenuous. Finally, this article assesses through several examples (attitude towards the wounded, the question of disguises in war, the respect for the truce of winter quarters, treatment of prisoners of war, discipline) the progress of the 18th century regarding the "normalization" of light troops and the humanization of the "petite guerre", in relation to the norms of the time on general practices in war.