« L’opération Chariot : un raid héroïque d’une importance stratégique »


Article publié dans :

Engagement (revue de l’Association de soutien à l’armée française, Paris), n° 116, automne 2017, p. 93-95.

Un exemplaire de la revue peut être commandé sur Internet ICI.

1. Première de couverture

2. Sommaire du chapitre « Mémoire pour aujourd’hui »

Résumé introductif :

Le présent article se veut une synthèse, brève mais solide, des lignes de force historiques concernant le raid du 28 mars 1942 sur Saint-Nazaire, raid appelé "Opération Chariot". Il eut une importance stratégique dans l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. Mené par les commandos britanniques (des forces spéciales très entraînées), ce raid avait pour objectif la destruction de la "forme Joubert", la seule cale sèche de la façade atlantique capable d'accueillir le plus gros cuirassé allemand - le Tirpitz -, en cas d'avarie. L'opération fut un succès, mais au prix de lourdes pertes... L'article s'articule en trois parties : après l'exposé du déroulement de l'opération dans son ensemble, il donne successivement deux coups de projecteur ; l'un sur une des missions de destruction significatives du raid, à savoir la destruction du caisson nord de la forme Joubert, en pointant l'action héroïque d'un des jeunes officiers, Corran Purdon (devenu par la suite major-général) ; l'autre coup de projecteur, sur la façon dont les Nazairiens ont vécu le raid. Rappelons que l'année 2017 a été marquée par l'anniversaire des 75 ans du raid. Dans ce contexte, il y avait une double logique de ma part à publier cet article : en tant que Nazairienne ; et en tant qu'historienne spécialisée dans les actions de "petite guerre", dont les actions des forces spéciales (ici, une attaque nocturne par surprise) peuvent être considérées comme un des avatars contemporains.

* Voir aussi les liens Internet ci-dessous vers les réflexions de S. Picaud-Monnerat, sur Internet et dans la presse locale, à propos du déplacement controversé (entre 2016 et 2017) du monument commémoratif de l'opération Chariot, à Saint-Nazaire.

  1. « A propos du raid sur Saint-Nazaire, LIBRE OPINION de Sandrine PICAUD-MONNERAT. Saint-Nazaire, place du Commando : Le sabotage de la mémoire du raid de 1942 », tribune publiée sur le site Internet de l’ASAF (Association de soutien à l’Armée française) le mardi 28 mars 2017 – jour du 75e anniversaire de l’opération Chariot (voir ICI)
  2. Sandrine Picaud-Monnerat, « Place du Commando : lieu de mémoire saboté », L’Echo de la Presqu’île guérandaise et de Saint-Nazaire, vendredi 26 mai 2017, n° 6505, rubrique « Le courrier des lecteurs », p. 9 (voir ICI)
  3. Coralie Durand, « A Saint-Nazaire, que va-t-il rester de la place du Commando ? », L’Echo de la Presqu’île guérandaise et de Saint-Nazaire, article publié sur le site Internet de l’hebdomadaire le 24 août 2017.

==> La tribune de Sandrine Picaud-Monnerat (publiée sur le site Internet de l’ASAF le 28 mars 2017) est citée dans cet article (voir ICI).