« La petite guerre défensive dans les traités d’art militaire du xviiie siècle »

 Résumé de l’article en français au bas de la présente page // Abstract of the article in English below.


Article publié dans :

RIHM, n° 85 (Vincennes, France), numéro thématique intitulé : Petite guerre et guerres asymétriques de l’Antiquité au xxie siècle, 2009, p. 211-224. 

Vous pouvez lire et télécharger le texte intégral de l'article en cliquant ICI.  


 

Résumé introductif en français :

C’est l’échelle de l’observation qui permet de déterminer, suivant les cas, le caractère offensif ou défensif de la petite guerre du xviiie siècle. Certes, les niveaux de la guerre envisagés par les théoriciens de la petite guerre dans le corps de leurs traités dépendent en partie de leur grade et du degré de commandement auquel ils étaient eux-mêmes parvenus au moment de la rédaction. L’étude attentive et comparée de leurs écrits permet cependant de déterminer la place de la petite guerre aux niveaux opératif et tactique, que la stratégie du souverain en guerre fût offensive ou défensive. On peut ainsi déterminer si le partisan faisait en petit ce que le général faisait en grand, ou bien si l’esprit et les principes de la petite guerre étaient différents de ceux de la guerre ordinaire. Alors que l’on est aujourd’hui à réfléchir aux modalités d’association opérationnelle idoines entre les forces spéciales et les forces conventionnelles, selon la conception que l’on peut se faire des unes et des autres, l’étude de la petite guerre aux siècles passés permet d’approfondir la réflexion, parce que les questions que l’on voit posées par les sources du xviiie siècle sont d’une étonnante actualité, et que leur étude apporte quelques réponses… 



Abstract in English:

“Defensive partisan warfare in the military treatises of the 18th century”

It is the scale of observation that allows determining if the “petite guerre” of the 18th century has an offensive or a defensive nature. Admittedly, the levels of warfare considered in the military treatises which dealt with the “petite guerre” depended partly of the rank their authors had in the army and of the level of command they reached themselves at the moment they wrote. Nevertheless, a careful and comparative study of their writings allows ascertaining the role of the “petite guerre” at the tactical and operational levels, no matter which strategy the sovereign followed, namely an offensive or a defensive strategy. It is therefore possible to assess if the partisan did on a small scale what the general did on a large scale, or if the spirit and the principles of the “petite guerre” were different than those of conventional warfare. This has to be related to the contemporary debate regarding the appropriate use of “special forces” (or, widely expressed, “irregular forces”) and regular forces – depending on the conception we have of those troops; in this context, studying the “petite guerre” in the past centuries allows to deal with this topic in depth, because the questions asked in the 18th century are amazingly modern, and because their study gives valuable answers...