« Grandmaison, prisonnier héroïque d’une tragique attaque de convoi (15 mars 1748) »

Article publié dans :

Carnet de la Sabretache (revue éditée par la Société de la Sabretache, Paris), n° 212, septembre 2017, p. 31-35.

Un exemplaire de la revue peut être commandé sur Internet ICI.

 

 

Résumé introductif :

Dans la journée du 15 mars 1748, un convoi d’approvisionnement de la place de Berg op Zoom, conquise l’année précédente par les Français, tomba dans une embuscade des Alliés au sud de cette place. Les combats furent vifs entre les troupes du général hongrois Hadik, au service autrichien, et l’escorte française du convoi. Les cavaliers légers du lieutenant-colonel de Grandmaison, à l’avant-garde, combattirent jusqu’à se faire presque tous tuer ou prendre par des cuirassiers bien supérieurs en nombre. Grandmaison lui-même fut constitué prisonnier de guerre… Cette résistance acharnée frappa les esprits. Dans cet article, elle est une porte d’entrée qui permet ensuite de prendre de la hauteur sur l’événement pour le saisir globalement et montrer les enjeux pour l’armée, au-delà de la bravoure des troupes lors d’une attaque de convoi : l’importance stratégique de l’approvisionnement des places de guerre telles que Berg op Zoom ; le dispositif mis en place pour l’approvisionnement d’une place, donc pour la protection des convois ; l’importance stratégique, aussi, de ce convoi du 15 mars en particulier. Au plan tactique, l’article met en lumière le savoir-faire des Alliés dans la planification et l’exécution d’une attaque par surprise de grande envergure. Le maréchal de Saxe, général en chef de l'armée du roi en Flandre, dut prendre des mesures sans précédent pour qu’une telle attaque ne se renouvelle plus de toute la campagne - donc jusqu'à la fin de la guerre.