« Les prisonniers de guerre pendant la guerre de Succession d’Autriche »

Article à paraître dans :

Laurent Jalabert (dir.), Les prisonniers de guerre (XVe-XIXe siècles) : entre marginalisation et reconnaissance, actes du colloque international organisé à l’Université de Nancy du 5 au 7 novembre 2012. A paraître aux Presses universitaires de Rennes.

 

 

 

 

 

 

Résumé introductif :

Evoquer la question des prisonniers de guerre est inévitable lorsque l’on aborde la guerre, et c’est vrai aussi pour le XVIIIe siècle. En effet, d’une part, on faisait des prisonniers tous les jours, quelques hommes ou quelques dizaines d’hommes, dans cette guerre du quotidien qu’était la petite guerre ou « guerre de partis » ; et l’on faisait des milliers de prisonniers lors des sièges et des batailles. Cela impliquait, pour les armées belligérantes, de faire face à d’énormes défis en termes de logistique (nourriture, logement, soins) et en termes d’administration (tenue de livres de décomptes de tous les prisonniers en vue des échanges). L’article fait le point, en une synthèse précise intégrant l’espace germanique et la Flandre, sur le statut de prisonnier de guerre et les conditions de captivité au milieu du XVIIIe siècle. La guerre de Succession d’Autriche est une période d’observation essentielle parce qu’elle constitua, à certains égards, une étape majeure de la captivité de guerre.