« Regards de militaires sur les ennemis de la France vers le milieu du xviiie siècle »


Article publié dans :


Jörg Ulbert (dir.), Ennemi juré, ennemi naturel, ennemi héréditaire. Construction et instrumentalisation de la figure de l’ennemi. La France et ses adversaires (xivexxe siècles), Actes du colloque international sous l’égide du programme ANR Conflipol / Conflits et construction du politique (Université de Bretagne sud, 27-29 nov. 2008). Hambourg, DOBU-Verlag, 2011, p. 148-163.


* Peut être commandé ICI.


 

Résumé introductif :

L’expression d’« ennemi naturel », que l’on trouve par exemple dans les œuvres historiques de Voltaire, relève du discours politique ou littéraire. Elle est absente des sources militaires consultées (correspondance et mémoires d’officiers, essentiellement). Partant de ce constat, l’article analyse, à travers l’exemple de la guerre de Succession d’Autriche (1740-1748), les sentiments marqués par les officiers du temps pour l’ennemi combattu, et s’attache à déceler des signes de l’attitude des simples soldats face à ce même ennemi (en particulier grâce au récit, rare, d’un soldat concernant sa propre captivité de guerre). Il s’agit, dans l’un et l’autre cas, de décider s’il existait ce qui peut être qualifié d’« inimitié héréditaire » à l’égard des adversaires considérés comme ressortissants des Etats combattus. L’article met en balance les réponses à ces questionnements avec le degré d’animosité observable à l’encontre de certains types de troupes au service des ennemis.